MILITARIA WW2 NOMINATIF

1er FORUM DE DECOUVERTE ET D'AIDE A L'IDENTIFICATION D'OBJETS MILITAIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE, NOMINATIFS OU ATTRIBUES


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

MANUEL DE CONVERSATION !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 MANUEL DE CONVERSATION ! le Sam 1 Déc - 10:12

Admin

avatar
Admin
Voici un petit manuel de conversation à l'usage des troupes d'occupation daté du 23/07/1943, récupéré dans un vide-grenier sur l'Ile de Ré :



Entrainez-vous à lire quelques passages en phonétique et à haute voix : vous passerez un bon moment de rigolade qui vous fera penser à la "7e Compagnie"...



Bon... assez rigolé ! Passons à l'identification :



Notre homme, le Matrose (Matelot) A.Küller, appartient à la 2e Batterie du MAA (Marine-Artillerie-Abteilung) 686 stationné sur l'Ile de Ré... !
Le C ne correspond pas à la troisième compagnie car il y a une petite subtilité...
Le A c'est pour le Stab, en gros la compagnie d'état major (ou plutôt la batterie dans ce cas). Donc le B correspond à la première et le C à la seconde batterie de Marine-Artillerie-Abteilung 686 (groupement d’artillerie de marine, puisque Abteilung ne correspond pas vraiment à bataillon...).

Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur http://militarianominatif.forumactif.org

2 Re: MANUEL DE CONVERSATION ! le Mar 4 Déc - 18:34

Il est très bien ce petit manuel!!!!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.objetsmilitaires.com/blog/index-420048.html

3 Re: MANUEL DE CONVERSATION ! le Ven 12 Avr - 16:38

Ach Panzermeyer, grosse rigolade ce Französisch sprechen ohne Mühe!Tiens une image du mien, malheureusement non nominatif, mais certainement une autre édition plus ancienne vu les prix de vente 90 Pf/18 Fr et la gravure rigolote différente:

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: MANUEL DE CONVERSATION ! le Ven 12 Avr - 18:26

Admin

avatar
Admin
Eh, oui : tout augmente !!! Twisted Evil Ach... Inflazion... !!! lol!


_________________
Vous voulez voir un des plus beaux blockhaus d'Europe ? Rejoignez-moi sur mon blog : http://aok-7-le-mans.skyrock.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://militarianominatif.forumactif.org

5 Re: MANUEL DE CONVERSATION ! le Mer 17 Avr - 13:27

Très sympa ce manuel! de la KM en plus!

Voir le profil de l'utilisateur http://nicoww2.skyrock.com/

6 Re: MANUEL DE CONVERSATION ! le Dim 30 Juin - 14:47

Admin

avatar
Admin
Une petite précision sur l'occupation de cette île :

Face à l’avancée alliée à l’été 1944, Hitler ordonne aux secteurs fortifiés de la côte ouest de la France de résister. Au printemps 1945, les armées de libération laissent ainsi à l’arrière des poches littorales de résistance allemande à Dunkerque, Lorient, Saint-Nazaire, sur l’Ile de Ré, l’île d’Oléron, à Royan, sur la Pointe de Grave et à La Rochelle.
Ce front est défendu par 100 000 hommes à l’abri derrière le puissant dispositif de l’organisation Todt du Mur de l’Atlantique : 1000 blockhaus, 1300 pièces d’artillerie protégés par des mines et des barbelés.
A partir de mai 1942, l’Ile de Ré est occupée par la marine allemande. Avec l’île d’Oléron, elle est un bastion avancé du dispositif de défense côtier du Mur de l’Atlantique en Charente-Maritime destiné à protéger la base sous-marine de La Pallice.
Les troupes allemandes installent leur quartier général à La Couarde. Le Kapitän zur See Oskar Günther assure le commandement militaire de l’île. Il a sous ses ordres 2 300 hommes (soit 1 occupant pour 3,5 habitants), répartis en huit formations composées de marins, de forces terrestres, de personnels au sol de l’armée de l’air et de d’un corps de détection radioélectrique.
Les troupes de marines rassemblent le groupe d’artillerie légère de marine n° 686 qui est installé sur l’île depuis fin avril 1942 et qui est formé de 953 marins ; le groupe d’artillerie côtière de marine n°282, constitué en 1940 et dont les 576 hommes protègent en particulier l’accès aux chenaux menant au port de La Pallice ; et le groupe d’artillerie antiaérienne de marine n°812, regroupant 876 soldats, qui assure la couverture aérienne avancée de la base sous-marine.

La batterie Karola (Ars-en-Ré) commandée par le Kapitänleutnant Günter Meisenburg, et armée au début de l’année 1944 de deux tourelles doubles de 203 mm provenant du croiseur Seydlitz, constitue, avec ses quatre pièces d’une portée de 37 km, une véritable forteresse autonome.



Elle est le fleuron du dispositif de défense côtier en avant-poste de le base de La Pallice.
Une station radioélectrique (2/3 Funkmess-Abteilung) située sur le phare des Baleines et composée de 24 hommes, surveille le secteur et émet des messages optiques.
Une compagnie d’infanterie de forteresse (la 5/Festa LXXX) de 200 hommes, cantonnée dans le secteur d’Ars-en-Ré occupe les points d’appuis antichars et antipersonnels.
Une compagnie antiaérienne de l’armée de l’air (la 4/gen Flak 195), sise sur la pointe de Sablanceaux à Rivedoux, renforce la défense de la base de sous-marins.
A partir de janvier 1944, une compagnie italienne, détachée du bataillon San Marco de Bordeaux, et commandée par le capitaine Ascani, vient grossir les rangs des défenseurs allemands.
Avec le débarquement anglo-normand, l’activité de la Résistance s’intensifie et s’organise sur l’île de Ré. Le réseau rétais porte le nom de code de “Manipule”. Il est placé sous l’autorité de l’officier des équipages à La Flotte, le commandant Marc (Ferdinand Couillaud).
L’île est divisée en trois secteurs. Le secteur A (Ars, Saint-Clément, Les Portes) est dirigé par Jean Drillaud d’Ars-en-Ré.
Le Secteur B (Saint-Martin, Le Bois Plage, La Couarde et Loix) est placé sous l’autorité de Bernard de La Bigne de Saint-Martin-de-Ré. Le secteur C (Sainte-Marie, La Noue, La Flotte, Rivedoux, Sablanceaux) est confié à Camille Perrain de La Noue.
L’action de la Résistance se limite à la recherche de renseignements. Elle établit des contacts avec les soldats russes, polonais et italiens, dont le capitaine Ascani, des positions côtières, qui lui fournissent des informations sur l’état de la défense allemande : armement, effectifs, moral des troupes.
Les renseignements sont transmis soit par liaison hertzienne au détachement de l’armée de l’Atlantique établi à L’Aiguillon, soit par courrier au réseau “Alliance” et au régiment Guitton à La Rochelle.
En mai 1945, alors que les derniers points de résistance allemande cèdent progressivement au prix d’âpres combats, le capitaine de frégate Meyer, négociateur auprès des autorités allemandes de La Rochelle, obtient que l’Ile de Ré se rende en même temps que la Poche.
Sur place, pourtant, un incident met en péril les accords. Le 7 mai, en effet, décidé à obtenir par la force la capitulation de l’île, le colonel Schumaker de l’OSS (services secrets de renseignement américain) basé à L’Aiguillon-sur-mer, lance de sa propre initiative (en laison avec son agent infiltré sur l’île, le rétais Maurice Martineau) une opération commando et débarque à 19h30 à La Flotte. Les chefs du commando se font conduire au quartier général allemand de La Couarde et s’entretiennent avec le Kapitän Oskar Günther. Informé de la situation, le commandement français désavoue l’entreprise et intime l’ordre à l’expédition de rembarquer ; chose faite le lendemain 8 mai 1945.



La veille dans la nuit du 6 au 7 mai, à 2h 41, la reddition allemande était signée à Reims. La cessation des combats est fixée au lendemain 8 mai, à 23h 01. Les Russes exigeront qu’elle soit ratifiée à Berlin (photo). Cette formalité est accomplie le lendemain 8 mai 1945, à 15 heures, au quartier général des forces soviétiques du maréchal Joukov, dans le quartier de Karlshorst.
Certaines troupes allemandes résisteront au-delà de cette date, notamment dans la place forte de Saint-Nazaire.
La libération de l’Ile de Ré est effective le 9 mai 1945.
Le 3e bataillon du 4e régiment de zouaves commandé par le chef de bataillon Ardouin est chargé d’occuper l’île et de désarmer les unités allemandes. Ce dernier installe son poste de commandement à la mairie de Saint-Martin-de-Ré, d’où il planifie l’occupation de l’île en trois secteurs, alors qu’il délègue auprès du Kapitän Gunther des officiers afin de régler les aspects techniques de la capitulation, signée quelques heures plus tard à la mairie de Saint-Martin-de-Ré. La garnison allemande est regroupée et internée à la citadelle de Saint-Martin-de-Ré, à La Couarde et à Rivedoux.
Les compagnies de zouaves secondées par des sections de déminages allemandes nettoient les plages et aident les canonniers-marins à inventorier le matériel militaire des anciens défenseurs. Cette action est continuée par le 1er bataillon du 114e régiment d’infanterie après leur départ, le 21 mai 1945.


_________________
Vous voulez voir un des plus beaux blockhaus d'Europe ? Rejoignez-moi sur mon blog : http://aok-7-le-mans.skyrock.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://militarianominatif.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum